Une activité physique à toute age

Une activité physique à 100 ans, c’est vital

Par figaro iconNathalie Szapiro-Manoukian – le 26/09/2014
Le simple fait de marcher 30 minutes par jour et d’augmenter petit à petit son périmètre de marche conditionne son état de santé au très grand âge.

 

Pour les très âgés qui ont perdu l’habitude de solliciter leurs muscles, le service du Pr Thomas Vogel (chef adjoint du pôle de gériatrie des Hôpitaux universitaires de Strasbourg) propose une consultation d’aptitude physique pour la santé (CAPS) suivie d’un programme de reconditionnement spécifique et individualisé sur cycle, en 18 séances de 30 minutes. Ce programme, soutenu par la caisse d’assurance-maladie régionale, est une première en France. «Il permet d’augmenter significativement les capacités d’endurance et les capacités maximales d’exercice, de diminuer la fatigue et l’essoufflement au cours des efforts de la vie quotidienne. Il favorise également le bien-être, la qualité de vie et la confiance en soi. Y ont notamment accès des personnes déconditionnées physiquement, soit en raison de leur grand âge, soit en raison d’une maladie chronique», explique le Pr Vogel. «À condition que les personnes qui ont participé au programme continuent leurs efforts par la suite – faute de quoi les bienfaits disparaissent dans les trois mois, le bénéfice est réel.»

Multiplier les structures

Il ne s’agit pas de faire des prouesses pour maintenir sa forme: le simple fait de marcher 30 minutes par jour et d’augmenter petit à petit son périmètre de marche conditionne son état de santé au très grand âge. «La masse musculaire fond très vite à cet âge: c’est pourquoi un alitement de quelques jours, dans le cadre d’une hospitalisation par exemple, peut avoir des conséquences catastrophiques. Et cela se vérifie au quotidien, car malheureusement, il reste encore beaucoup à faire pour obtenir que nos aînés soient systématiquement levés, sauf contre-indication médicale bien sûr», regrette le Pr Vogel.

Si l’on veut éviter que demain une trop forte proportion de centenaires ne soit dépendante, c’est dès maintenant qu’il faudrait multiplier les structures de prise en charge du déconditionnement physique. Et ce, d’autant que les bénéfices prouvés de la pratique d’une activité régulière et médicalement encadrée chez les seniors sont légion: baisse significative de la mortalité, diminution du risque de diabète, bilan lipidique amélioré, diminution des chiffres tensionnels, réduction des accidents vasculaires cérébraux et des syndromes coronariens, réduction des fractures et des chutes et en oncologie, prévention du cancer du sein, du côlon et de leurs récidives. Encore une mesure préventive qui tarde à se mettre en place, alors qu’elle pourrait éviter bien des souffrances et des dépenses inutiles par la suite…

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/09/26/22828-activite-physique-100-ans-cest-vital

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter